NOS ACTUALITÉS

Assurances construction : gare aux augmentations !

Posté le : 28/01/2020

Les assurances construction obligatoires sont au nombre de deux : l’assurance de dommages qui doit être souscrite par le maître d’ouvrage (l’assurance dommages-ouvrage D.O) ; l’assurance de responsabilité souscrite par le constructeur (assurance de responsabilité civile décennale).  Ces assurances couvrent le propriétaire du bien assuré contre les vices qui affectent la solidité de la construction et qui se révèlent dans les 10 ans suivant la réception des travaux. 

 

Sur la période 2008-2018, les spécialistes ont observé en moyenne une augmentation des tarifs des assurances construction, une tendance qui ne devrait pas se démentir étant donné le contexte. Alors pourquoi une telle augmentation ? comment s’explique-t-elle ? voici quelques éléments de réponse.

Une hausse de la sinistralité  

Il faut d’abord constater un accès de sinistralité de l’ordre de 10 à 20 % du nombre de sinistres en 2018. Celui-ci aurait plusieurs causes : une vague de chantiers ouverts pendant la crise du bâtiment, des techniques nouvelles mal maîtrisées … 

Il y a donc une réelle hausse des règlements de sinistres au titre de la garantie décennale, avec à la fois une hausse des fréquences des sinistres et des coûts moyens.

Cette hausse des sinistres intervient dans un contexte déjà défavorable de longue date pour le secteur. 

Une baisse des rendements des provisions règlementaires

La rentabilité des placements financiers, mise à mal depuis plusieurs années, ne permet plus de compenser un ratio combiné élevé et des résultats techniques dégradés. En dix ans, cette érosion des rendements des placements a coûté 6 points de ratio combiné.

L’assurance construction, risque long, une branche consommatrice en capital, rend les assureurs encore plus précautionneux.

Il faut ajouter que les assureurs se sont professionnalisés et ont développé des outils de pilotage qui permettent d’apprécier la rentabilité annuelle de la branche et d’adapter leur politique de souscription en fonction des résultats et des objectifs fixés.

Les assureurs plus sélectifs

Les conditions de souscription pratiquées par les assureurs semblent s’être durcies : certains tarifs auraient doublé et des franchises auraient été multipliées par 10. 

Les assureurs avouent être plus attentifs aux dossiers : il devient compliqué pour eux d’avoir un ratio combiné trop élevé. De plus en plus d’assureurs affichent en effet un ratio combiné (rapport entre primes encaissés et sinistres couverts) à plus de 100% et de moins en moins en dessous de 90%.