NOS ACTUALITÉS

Vigilance sur les contrats de prévoyance

Posté le : 18/07/2019

La prévoyance se définit au premier abord comme la qualité de quelqu’un qui anticipe, « prévoit » les évènements. Souscrire un contrat de prévoyance est une manière d’anticiper les risques que vous pouvez rencontrer. Couverture contre les aléas de la vie, les contrats de prévoyance sont multiples et divers et bien souvent complexes pour un non-initié.  Alors pour faire rimer prévoyance et vigilance, voici quelques conseils pour choisir le contrat le mieux adapté à votre besoin.  


 

  • Attention aux doublons 

Le meilleur conseil que l’on puisse vous donner concernant vos assurances est de toujours les envisager dans leur globalité. Que vous offrent-elles ? contre quoi vous prémunissent-elles ? Ainsi vous éviterez les doublons. Car il peut bien souvent arriver que deux assurances couvrent un même domaine de garantie. Faites donc un état des lieux de vos assurances et des couvertures dont vous disposez déjà. 

  • Attention aux termes/mots

Avez-vous bien compris tous les termes de votre contrat ? les courtiers qui viennent faire le diagnostic de votre situation sont là pour répondre à toutes vos questions alors n’hésitez pas et faites-vous bien expliquer tous les points d’ombres qui subsistent.

  • Attention aux exclusions

Tous les contrats comportent des exclusions et en termes de prévoyance elles sont primordiales. Soyez donc particulièrement attentifs au volet des exclusions. Il contient une liste d'événements susceptibles d'entraîner un accident, une invalidité ou le décès de l'assuré qui ne sont pas couverts. Il peut s'agir de la pratique d'un sport considéré comme dangereux (boxe, parapente…), mais aussi de certaines pathologies ou maladies psychiques, du suicide…

  • Attention aux formalités médicales

Il vous est bien souvent demandé de répondre à des formalités médicales (examens de santé, questionnaires…) en souscrivant à votre contrat de prévoyance. Si la majorité des TNS (travailleurs non-salariés) estiment que ces formalités sont un frein à la souscription, il est vivement recommandé de vous plier à ces exigences et d’y répondre en toute sincérité. En effet, vous pouvez vous exposer à la nullité de votre contrat de prévoyance en cas de fausse déclaration.  

  • Attention à la franchise

La franchise est un élément que vous ne devez pas négliger. Elle correspond au délai qu’il faudra attendre avant de pouvoir bénéficier de la prise en charge de l’assurance. Évidemment, plus ce délai est court, plus vos cotisations sont importantes, mais, là encore, tout dépend de votre situation et de vos besoins.



 

  • Attention à la durée d’indemnisation

Soyez également vigilants sur la durée d'indemnisation si vous êtes en incapacité de travailler : Certains contrats peuvent prévoir des indemnités limitées à 90 jours, à 180 jours, voire à un an. Passée cette période, vous n’aurez plus d’indemnisation même si vous êtes toujours en incapacité de travailler. Il faut donc bien réfléchir à la durée qui vous permettra de tenir bon. 

  • Attention aux super-spécificités

Vraie ou fausse bonne idée, nombre de garanties de plus en plus spécifiques vous sont proposées. Seulement du fait de leur super-spécificité, elles peuvent ne s’appliquer que très partiellement, (voire pas du tout) à votre situation. 

Ainsi étudions la rente éducation : en cas de décès, cette rente permet le versement d’une somme d’argent mensuelle ou trimestrielle à l’enfant ou aux bénéficiaires désignés dans le contrat. Cette rente est versée jusqu’à ce que le descendant atteigne un âge fixé dans le contrat (18 ans, 25 ans, 28 ans…). Au moment de la souscription, l’assuré détermine le montant de la rente qui sera perçue.

Ainsi on pourrait croire que cette assurance s’avérerait très utile, alors que dans beaucoup de situations, elle ne se révèle pas protectrice pour ses bénéficiaires : si les enfants majeurs souhaitent entrer rapidement dans la vie active ou arrêtent leurs études, la rente s’arrête aussi. De même si elle est déterminée comme un versement fractionné, elle ne permettra pas de faire face à certains besoins financiers, comme le règlement des frais de succession ou l’achat d’un premier appartement.